Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des humeurs, des images en fonction du quotidien, des événements, des voyages, des lectures ou des scènes de ménage ! Le Olympie world ... !

Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris

Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris

Il est encore temps jusqu'au 22 septembre de se précipiter à Beaubourg. Les prétextes ne manquent pas avec le nouvel accrochage de la collection moderne - mais pas que, il y a aussi la somptueuse vue et le George, restaurant incontournable.

Alors ce Martial Raysse que l'on connait surtout pour ces provocations artistiques, du pop art utilisant le néon aux sculptures d'objets manufacturés achetés chez Prisunic. Cette ironie de 1960 nous happe pourtant par ses couleurs flamboyantes et artificielles ... ces portraits malmenés et déroutant à l'esthétique rassurante. L'évolution nous interpelle - l'artiste a su claquer la porte des galeries et de l'art officiel - puis de Nice, Paris, New York Los Angeles s'installe finalement à la campagne francilienne (Ussy-sur-Marne) où depuis 30 ans il nous livre ses travaux au gré de ses regards sur le temps qui passe.
Ce temps, il est politique, la guerre d'Algérie, mai 68, ... il est officiel dans des commandes d’État et la rétrospective de 1981, ... il est intime dans toutes ses femmes qui traversent sa production artistique, ... il est récupéré, dans la (re)visite des chefs-d’œuvre d'antan.

En début d'expo, le jeu du public avec les œuvres pop-art installe une proximité étonnante ... puis le choc vient avec la découverte de ses œuvres figuratives - tournant de 1977 -, immenses toiles qui ouvrent un dialogue perpétuel entre les inspirations bucoliques et mythologiques proposées par Fraysse et nous, public malmené. Le doute et l'admiration s'entrechoquent ... Les titres des œuvres amusent (Le carnaval de Périgueux) mais les détails intriguent ...

L'artiste français "le plus cher du monde" (en vente publique en 2011 avec son œuvre "Quinze août" de 1964 - les collectionneurs sont bien sûr les Bernard A. et Marin K en tête) mérite cette rétrospective de son vivant, avec l'espoir d'une longue vie (né en 1936).

PS : On peut penser que son œuvre cinématographique est un moins pour cet autodidacte touche-à-tout - poèmes, sculptures, installations, ... - mais finalement son regard sur toutes formes d'expression en art apporte une liberté qui nous travaille ... il suffit de patienter ...

Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Martial Raysse, rétrospective 1960-2014, au Centre Pompidou, Paris
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :